Lectures Soufies...

Bayazid et le sceptique

Un homme qui vivait dans le même quartier que le célèbre Bayazid ne supportait pas l’estime que les gens semblaient porter à ce mystique Soufi. Cet homme s’enorgueillissait de son savoir et de son intelligence, et il n’éprouvait rien d’autre que du mépris pour ces simples d’esprit qui croyaient en quelque chose que l’on ne pouvait voir et prétendaient comprendre ce qui n’avait aucun sens.

Plus l’homme y réfléchissait, plus il se sentait confiant qu’il en allait de son devoir de démasquer cet imposteur. Après tout, l’homme se dit, il ne doit pas être bien difficile de dévoiler une telle supercherie ? Il ne fait aucun doute que son intelligence lui permettra de piéger ce Bayazid.

Sur de son succès, l’homme rencontra le Soufi afin de le mettre à l’épreuve :

« Si Dieu peut tout faire, peut-il faire une pierre si lourde qu’il ne puisse la soulever ? » l’homme demanda à Bayazid, sachant que dans tous les cas le soufi serait piégé.

La réponse qu'il reçut était loin de ce à quoi il s’attendait.

« Sur une montagne à l’ouest d’ici, » dit Bayazid, « il existe une caverne. A l’intérieur de cette caverne vit l’un de mes amis. Il te donnera la réponse à ta question. »

« Bon, si vous ne voulez pas me répondre, révélez-moi au moins quelques-uns des secrets de la voie. Prouvez-moi que vous êtes bien celui dont les gens parlent. »

« Mon ami qui vit dans la caverne te révèlera tous les secret que tu veux savoir. Tous ce que tu as à faire c’est demander. Je t’en fais la promesse. »

L’homme se mit donc en quête de la caverne, convaincu que s’il existe réellement un ermite, il n’obtiendra pas plus de révélation sur un quelconque secret qu’il n’en a obtenu avec le célèbre Soufi.

Trouver la grotte lui prit une grande partie de l’après-midi. Il en était arrivé à un tel point qu’il commençait à penser que le soufi s’était moquer de lui. Mais la grotte était bien là, exactement comme Bayazid l’avait décrite.

Sans hésiter, l’homme rentra dans la grotte. Au début il ne pouvait rien voir, gêné par l’obscurité, mais au fur et à mesure ces yeux s’habituèrent et il constata que la grotte était vide. En fin de compte tout ceci n’était bien qu’une plaisanterie.

En se retournant pour repartir, l’homme se retrouva nez à nez avec un horrible dragon féroce, situé à peine à quelques centimètres de son visage. A cette vision, l’homme fut prit d’une telle frayeur qu’il en mouilla son pantalon et décampa si rapidement qu’il y laissa ses sandales.

Le temps de retourner jusqu’à Bayazid, l’homme était devenu pitoyable. En le voyant arriver dans cet état pathétique, Bayazid ne put s’empêcher de rire.

« Regarde-moi ça ! Tu mouille ton pantalon à la seule vue d’une créature de Dieu, et tu ne peux même pas garder tes propres chaussures. Comment pourrais-tu alors espérer connaître les secrets du créateur que tu recherche dans ton incrédulité ? »

Leave your comments

0
terms and condition.
  • No comments found
Back to top