Lectures Soufies...

La supplication

Un groupe de gnostique et de soufi croyait que la supplication n’était qu’une simple manifestation de l’existence face à l’être absolu et qu’il fallait y discerner la marque du polythéisme et de la dualité. En conséquence, ils ne suppliaient jamais et ils voyaient la grâce de Haqq dans la non-existence du voyageur.

Celui qui existe grâce à Haqq n’est attiré que vers la non-existence
le bagage sur ce chemin doit être la non existence

Quelqu’un fit un jour à Bayazid une supplication, Bayazid dit : « Oh mon Dieu ! Ils sont tes créatures et toi tu es leur créateur! Qui suis je au milieu pour être L’intermédiaire entre toi et les créatures ? »
Il se dit encore : « C’est lui qui connaît les secrets, mais de quoi je me mêle donc ? » ( Le mémorial des saints de Attar ).
Quelqu’un dit à Zun Nun Mesri : « Fais une supplication pour moi. »
Zun Nun lui dit : « Hé chevalier! Si tu as déjà fait quelque chose de bien dans le passé, il y a beaucoup de supplication non demandé qui sont accepté pour toi, et si ce n’est pas le cas, pour celui qui est en train de se noyé dans l’eau a quoi lui sert-il de crier? A part d’avoir plus d’eau dans sa gorge et de se noyer un peu plus vite. »
Ansari dit : « Les soufis ne supplient pas parce qu’il regardent l’ordre pré éternelle de l’existence. » ( Les stations des soufis – Ansari )
Maaruf Karkhi dit : « Ici, le soufi est un invité ; la demande d’un invité envers son hôte est injuste. L’invité qui est poli, attend et ne demande pas. » ( Les stations des soufis de Ansari ).
Vasseti dit : « Celui qui se souvient de son destin à propos de ce qui lui est arrivé dans la pré éternité, n’a pas besoin de demande et de supplication. » ( Le mémorial des saints de Attar ).
Et Vasseti dit encore : « Moi et lui ! Lui et moi ! Mes actes et sa récompense ! Et ma supplication et son exaucement ! Tout ça c’est de la dualité. » ( Les stations des soufis de Ansari ).
Hossein le fils de Mansour dit: « Est-ce la main de la supplication ou la main de la prière qui est la plus longue ? » Il dit : « Ni l’une ni l’autre ! Si c’est la main de la supplication elle n’arrivera, pas plus loin que son but ! Et c’est du polythéisme sur le chemin des Hommes, si c’est la main de la prière, elle n’arrivera pas plus loin que l’accomplissement du devoir religieux et c’est le couloir d’entrée de la maison des croyances ! mais la main qui vient de la création suprême, c’est la main du bonheur enfouie dans l’enceinte de la grâce, qui sort et qui donne la main à qui bon lui semblera ! » ( L’interprétation de Ansari ).
Shebli dit : « Celui qui demande à Haqq le très haut, a oublié la politesse » ( Havareb ol Maareb ).
On demanda à Aboul Ghasem Karkani : « Le voyageur sur le chemin des étapes de son destin, sera-t-il satisfait ou supplira-t-il ? »
Karkani dit : « Si la satisfaction et la supplication paraîtraient être la même chose il y aurait là la preuve d’une incompatibilité, mais la place de la satisfaction est le paradis et la place de la supplication celle de la langue. Donc le voyageur sur le chemin des étapes de son destin sera satisfait dans son cœur et il suppliera avec sa langue. »
On lui demanda : « Si le cœur est satisfait, quel peut être le bénéfice de supplier ? »
Il dit : « C’est montrer sa faiblesse et son besoin face à l’excellence du non-besoin qui trouve les moyens »
Et il explique ensuite son état : « Si je n’étais pas ordonné pour supplier la grâce au roi de la satisfaction je n’ouvrirai pas la langue pour supplier, et malgré le fait d’être ordonné, voila déjà quelques années que je suis incapable de supplier, et que je suis stupéfait dans la peine en le désirant. Parce que si tu lui demandes quelque chose c’est un manque de dignité et si tu le demande lui même c’est un manque de respect. »
On lui demanda : « Pourquoi ne demandes tu pas la connaissance ? »
Il répondit : « L’ardeur de mon affection ne me permet pas de Le connaître, parce que je ne veux pas que celui qui le connaisse soit un autre que lui même, tant que je suis moi même, je suis un autre que lui et je ne pourrai donc pas demander la connaissance. » ( Les bijoux des secrets de Kharazmi ).

Les saints sont différents des gens de la supplication,
Lesquels cousent ou de temps en temps déchirent.

Je connais une autre catégorie de saints,
Dont la bouche est fermé pour supplier.

C’est grâce à la satisfaction qu’ils sont apprivoisés par celui qui est généreux,
chercher de refuser leurs destins est devenu une interdiction pour eux.

Ils éprouvent un enthousiasme particulier dans leur destin,
et la supplication deviendrait un blasphème pour eux.

La supplication vient de toi et l’exaucement aussi,
la tranquillité vient de toi et la crainte aussi.

Oh celui qui exauce la supplication non dite,
celui qui ouvre à chaque souffle des centaines de portes ouvertes au cœur.

La supplication de Celui qui est non-existence est autre chose,
cette supplication ne vient pas de lui, mais de celle de la parole du Juge.

C’est Haqq qui fait cette supplication, parce que Lui est non existence,
sa supplication et son exaucement viennent de dieu.
( Roumi )

Nous avons échangé le verd de l’aube contre la taverne,
nous avons laissé le fruit de la supplication sur le chemin du bien aimé.
( Hafez )

Ceux qui, avalent l’enfer et qui vendent le paradis le jour de la résurrection,
sont rois, et ni ils ne connaissent la supplication, ni ils ne maudissent.
( Les totalités de Shams-e Tabrizi )

La clé de la serrure de l’exaucement est la langue silencieuse,
Tant que tu supplieras, tes supplications ne seront pas acceptées.
( Saaheb Tabrizi )


Traduit du magazine persan n°68.

Leave your comments

0
terms and condition.
  • No comments found
Back to top