Lectures Soufies...

Ne pas s’offenser et ne pas offenser

Le soufi ne s’offense pas et n’offense personne, car ce qui à l’intérieur des hommes se sent offensé et offense les autres c’est leur moi, hors le soufi n’a pas de moi. Cette histoire sur Bayazid en est un bon exemple :

On raconte qu’une nuit alors que Bayazid venait de sortir d’un cimetière, un jeune homme d’une famille noble de Bastam était en train de jouer du barbate[1].

Quand il arriva prés du shayk Bayazid, Bayazid lui dit : « il n’y a point de puissance ni de force si ce n’est en Dieu ».

En entendant ces paroles le jeune fracassa son barbate sur la tête du shayk qu’il blessa. Après cela le Shayk rentra chez lui et le lendemain matin il donna une somme équivalente au prix du barbate à son serviteur, et l’envoya chez le jeune homme avec un plateau de sucrerie[2] et un message d’excuse : « tu lui diras que Bayazid s’excuse, hier tu as cassé le barbate sur ma tête, prend cet argent et achètes toi en un autre, et ensuite mange ces sucreries pour que la tristesse causé par la perte de ton instrument et l’amertume qui en découle partent de ton cœur ».

Quand le jeune homme prit connaissance du message il fut touché par la gentillesse du shayk, il se rendit chez Bayazid, et se jeta à ses pieds, il s’excusa et pleura énormément, et grâce à l’attitude du shayk quelques autres jeunes également devinrent ses disciples.

( tazkératol olia de Attar ).

 

Comme dit Hafez :

 

Restons fidèle et acceptons le blâme tout en restant joyeux

Car sur notre voie s’offenser c’est de l’infidélité

 

Ou

 

Fait tout ce que tu veux mais ne dérange pas les autres

Car dans notre voie il n’y a pas d’autres fautes que celle là


[1] ancien luth à quatre cordes

[2] halva

Leave your comments

0
terms and condition.
  • No comments found
Back to top